Naissance

by Hiyami


Back to Dark Kingdom Home | Stayka's Dark Kingdom Stories | Other Dark Kingdom Stories


English Version

(où t'as vu que ça allait être mimi?
Le truc proprement dit, c'est comme les accouchements, les vrais:
proche du film d'horreur... Beuâh...
Et EN PLUS ils passent leur temps au lit on dirait.
Qui a dit "Ben oui et alors?" ?!)

Pour une fois, le regard mélancolique de Zoisite n'était pas tourné vers lui en dépit de son expression songeuse. C'était en soi inhabituel, car seul Kunzite, et en de rares occasions quelque beauté naturelle flattant ses goûts d'esthète, parvenaient à l'arracher pour un temps à son cynisme enfantin. Mais Zoisite ne faisait plus attention au jardin luxuriant où ils s'étaient arrêtés, les yeux braqués vers d'autres visiteurs, un peu plus loin, que d'ordinaire il se contentait de toiser avec distance. Un couple d'humains, accompagnés de leur fille à en juger par la ressemblance frappante entre l'enfant et ses parents. Kunzite se demanda si Zoisite allait les attaquer, bien qu'il n'en ait aucun besoin. C'était sa manière habituelle de réagir, lorsqu'il se souvenait qu'il n'avait jamais réellement ressenti ce que ses frères humains semblaient éprouver naturellement. L'affection. Les liens du sang n'avaient jamais rien signifié pour lui. La simple camaraderie, même, lui échappait.

Kunzite comprenait tout cela en parallèle à sa propre expérience, n'ayant découvert qu'avec son irruption dans leur monde la douceur de pouvoir se confier à quelqu'un, au milieu des trahisons incessantes du Dark Kingdom. Il ne s'étonnait pas que Zoisite, malgré son ascendance humaine, n'ait jamais fait montre de chaleur envers personne d'autre que lui. Il s'en réjouissait plutôt, égoïstement, trouvant un certain réconfort dans la pensée que Zoisite ne pourrait jamais aimer personne d'autre. Ne le trahirait jamais, et certainement pas pour des mortels qu'il ignorait.

Zoisite ne leva pas la main pour déclencher son pouvoir contre la petite famille qui s'éloigna, unie dans un rire sans réelle cause, la simple joie d'être entre eux, inconscient du danger représenté par le jeune homme pâle au regard d'un vert froid et sombre comme le plus profond des étangs. Il secoua la tête doucement, ses mèches d'un blond doré se mêlant dans la brise à des pétales de fleur apparus d'on ne sait où, puis poussa un léger soupir, effleura du bout des doigts une rose qui se tendait vers lui et reprit sa marche dans l'allée du parc. Après quelques pas, il sembla enfin se souvenir de la présence de Kunzite et se tourna vers lui, son sourire habituel aux lèvres, possessif et suggestif, avec toute la ferveur de son caractère puéril.

Les deux shinma regagnèrent la tour qu'ils occupaient, sans évoquer le comportement de Zoisite, jusqu'à ce que l'obscurité se conjugue à l'intimité pour permettre une discussion. Interrogé avec douceur par Kunzite, Zoisite finit par se laisser vaincre par sa sollicitude non feinte et lui répondit par une question.

"Dis-moi... On ne pourra jamais avoir d'enfant ensemble, n'est-ce-pas?"

Kunzite en resta muet. L'idée ne lui avait jamais traversé l'esprit, et pour cause. Mais Zoisite ne semblait pas plaisanter, bien qu'il n'espère qu'à moitié une réponse.

"Pas ensemble..."

Devant la pâleur de l'acquiescement de Zoisite, il se sentit obligé d'ajouter précipitamment.

"Mais le fait que tu sois un shinma ne t'empêche pas d'en avoir avec une humaine, tu sais..."

Zoisite éclata d'un rire amer.

"Qu'est-ce que tu veux que je fasse avec une femme? Je me fiche d'avoir un enfant. Ce que je veux, c'est..."

Il ferma les yeux un instant, les rouvrit pour contempler les traits de son compagnon et caressa d'un doigt la mâchoire volontaire, repoussant doucement les cheveux argentés qui ondoyaient au creux de l'épaule de Kunzite, retombant sur lui comme un rideau soyeux.

"Je voudrais faire quelque chose avec toi... Créer, au lieu de détruire."

Il lui sourit, retrouvant temporairement un peu de son impertinence.

"Et je voudrais quelqu'un qui te ressemble à aimer, parceque j'ai trop d'mour pour une seule personne..."

Une ombre résignée effaça son sourire.

"Mais je sais que même si on ne venait pas de deux mondes différents, ce serait impossible."

Kunzite se pencha pour cueillir sur ses lèvres son soupir mélancolique, espérant faire taire la peine en même temps que son expression. Ce n'était sûrement qu'un des caprices dont son compagnon était familier, et il trouverait probablement son idée ridicule dès le lendemain, mais cela ne diminuait en rien le trouble de Kunzite devant cette demande inattendue. Libérés de l'emprise de leurs reines, ils s'étaient retrouvés dans un monde étranger, sans plus de mission à remplir. Privés trop longtemps de liberté, ils s'étaient réjouis de pouvoir enfin se consacrer l'un à l'autre, sans l'Epée de Damoclès des lubies de la reine au-dessus de leur tête. Kunzite avait envisagé que tôt ou tard, habitués comme ils l'étaient tous deux à combattre sans arrêt, ils en viendraient à s'ennuyer. Mais avoir souffert de la mort et de l'absence de Zoisite durant des semaines lui faisait savourer chaque seconde avec intensité, et jusqu'ici Zoisite avait semblé comblé de son assiduîté. S'il ne lui suffisait plus...

Plus tard dans la nuit, étendu à côté de Zoisite, Kunzite somnolait, bercé par le léger contact des doigts de son compagnon sur sa tempe, essayant sans succès de repousser sa chevelure argentée derrière son oreille. A chaque fois, une mèche s'échappait et balayait la joue de Kunzite. Zoisite semblait ne pas se lasser, et quand au bout de longues minutes Kunzite fit l'effort d'ouvrir les yeux, il vit que son compagnon répétait son geste par automatisme, l'esprit ailleurs. Kunzite referma le bras plus étroitement sur sa taille, rapprochant de lui le corps souple de Zoisite, qui sortit de sa transe.

"Zoi-chan..."

Le jeune homme se blottit contre lui en silence. Après un moment, il murmura d'un ton absent.

"Avec une youma il te ressemblerait peut-être..."

Kunzite se figea, relevant vers lui le visage de Zoisite enfoui contre sa poitrine.

"Quoi?

- Tu pourrais faire un petit à une youma, il te ressemblerait au moins. Non?"

A nouveau Kunzite resta sans voix. Cette lubie ne lui passait donc pas?

"Pourquoi diable penses-tu encore à ça?"

Zoisite le regarda puis détourna les yeux avant de répondre.

"Et si on se perdait? S'il ne restait plus rien de nous?

- ... Zoi... Tu as dit toi-même qu'on ne risque plus de mourir.

- C'est pire. Parceque si on se perd, ce sera de notre faute. Si on s'oublie."

Les mots étaient enfantins mais Kunzite ne pouvait pas s'en amuser. Zoi continuait, à voix basse.

"Si rien ne change, un jour ou l'autre tu en auras assez de ne t'occuper que de moi. Il nous faut un autre but. Mais rien d'autre ne m'intéresse que toi. Il faut que ce soit une partie de toi. Il doit bien rester des youma avec qui tu pourrais..."

Il ne termina même pas sa phrase, plissant la bouche dans un bref rictus à peine dissimulé de jalousie. Kunzite secoua la tête en rapprochant le visage de Zoisite du sien.

"Tu n'as vraiment aucune idée de comment naissent les youma, n'est-ce-pas?"

Zoisite rougit, soudain confus, et balbutia.

"Je n'ai pas besoin de savoir! Je..."

Kunzite lui coupa la parole.

"Ca n'a rien à voir avec un croisement de youma et de shinma, Zoisite. La seule différence entre youma et shinma, c'est le... la nutrition."

Zoisite le dévisagea, perplexe. Kunzite soupira, mal à l'aise. Zoisite savait qu'il n'était pas humain, bien sûr, mais il n'aimait pas avoir à le mettre ainsi en face de sa véritable nature. "Vois-tu, les youma sont devenues mobiles lorsque certaines de leurs graines ont poussé sur un corps humain a échoué dans le Dark Kingdom, et que les nouvelles plantes ont hérité de cetains caractères de leur hôte. Metalia y a vu un moyen d'augmenter les capacités de ses disciples, et sur ses conseils les youma de cette nouvelle génération sont allées chercher d'autres humains pour... nourrir la croissance de la génération suivante. A la longue la race est devenue capable d'absorber l'énergie vitale à sa source sans s'encombrer des corps des victimes, et a développé son contrôle de la magie léguée par Metalia. Les shinma... sont différents car chaque shinma naît sur un hôte, alors que les youma sont nourries par dizaine avec une seule dépouille. C'est aussi pour cette raison que nous sommes plus imprégnés de la forme humaine. Mais ça n'a rien à voir avec la reproduction. Il ne suffirait pas d'une youma pour que je puisse enfanter, elle ne servirait vraiment à rien. Ensuite Metalia a trouvé le moyen de communiquer son pouvoir directement à un humain, Jadeite a été le premier essai réussi, même si une partie de son âme a été détruite dans le processus. Ensuite Beryl, qui a fait un pacte avec elle de son plein gré."

Devant la mine circonspecte de Zoisite, qui tentait de dissimuler le léger malaise qui l'avait saisi à l'évocation détaillée des origines morbides de son amant, Kunzite tenta d'alléger quelque peu l'atmosphère.

"Et pour finir le chef d'oeuvre, parfait mélange de shinma et d'humain..."

Zoisite accepta d'un sourire le compliment en guise de terme à la discussion, mais Kunzite savait que le sujet n'était pas clos. Rien n'était jamais terminé avec Zoisite, tant qu'il n'en avait pas décidé lui-même.

Jamais. Il avait obtenu de Kunzite que celui-ci, malgré ses craintes, continue à l'aimer à sa manière particulière, révélant sa nature hybride dans l'étreinte des lianes qui se nourrissaient de l'essence de Zoisite. Kunzite parvenait à modérer son appétit pour ne pas l'affaiblir dangereusement, en dépit de l'assurance insouciante de Zoi dans ses demandes. Le jeune shinma ne perdait plus conscience, et Kunzite en vint presque à le regretter quand au sortir d'une telle étreinte, encore à demi enserré dans le réseau qu'il avait développé, Zoisite lui murmura:

"C'est de cette manière que se nourrissent les nouveux-nés youma?"

Kunzite ferma les yeux, cessant de rétracter doucement les fibres qui enlacaient Zoisite. Celui-ci se redressa sur un coude, autant que le lui permettait le réseau à moitié relâché qui les reliait, et fixa Kunzite.

"Kunzite-sama... C'est comme ça aussi?"

Kunzite grogna sans conviction.

"Rien ne ressemble à ce qu'on partage. Rien. Repose-toi maintenant."

Zoisite sembla prendre note de son expression soudain renfrognée, se demanda ce que cela cachait, plus que de la lassitude à ses questions. Après quelques instants de réflexion il ajouta doucement.

"Tu mens. Tu y avais déjà pensé."

Kunzite était incapable de lui dissimuler quoique ce soit lorsqu'il fixait sur lui ses yeux d'émeraude, intenses et directs.

"J'espérais que tu ne ferais pas le rapprochement... Ce n'est pas vraiment pareil. Crois-moi."

Trop tard. L'esprit de Zoisite avait déjà atteint la conclusion que redoutait Kunzite.

"Tu pourrais le faire. Je suis encore assez humain pour que tu puisse m'utiliser pour donner naissance à un shinma. N'est-ce pas?

- Je ne veux pas faire ça.

- Pourquoi? C'est exactement ce qu'on voulait!

- Ce que toi tu voulais. Je n'ai pas besoin de ça. Je n'ai pas envie de te perdre une deuxième fois simplement pour essayer de créer un ersatz de toi. Zoi..."

La déclaration fit courir un frisson brûlant le long de l'échine de Zoisite. S'il avait su en mourant que sa disparition lui permettrait d'entendre de tels mots venant de Kunzite, de le voir s'inquiéter pour lui, il aurait couru au-devant de la mort avec allégresse. Les yeux brillants, il déposa un chaste baiser sur les lèvres de Kunzite. Même sans le savoir, il aurait donné sa vie pour lui avec joie. Il le ferait encore.

"Mon amour... Tu ne me tueras pas... Je ne veux pas que tu souffres, surtout pas à cause de moi... Je ne mourrai pas tant que tu voudras de moi..."

Kunzite frémissait, prisonnier de la voix fervente de Zoisite, de ses doigts légers volant sur son visage et son torse, de ses lèvres au creux de son cou... Une telle adoration, sans nul doute à la hauteur de ses serments murmurés... La seule pensée qu'il pourrait disparaître lui causait une douleur presque physique. Zoisite, l'unique flamme qu'il était venu à chérir plus que les ténèbres qui l'avaient nourri. Unique...

Zoisite frissonna quand les lianes se resserrèrent autour de lui en commençant à pulser. Il vit Kunzite ouvrir ses yeux d'un bleu glacé, irradiant soudain une lueur de la même teinte, et attirer son visage. Zoisite s'abandonna contre lui, bien qu'il ne souvint pas que le réseau se soit développé de cette façon auparavant. Des picotements parcoururent tout son corps au fur et à mesure que les fibres s'implantaient dans sa chair, le long de ses membres, de son torse, ne laissant dégagées que sa tête et ses épaules. Kunzite avait le front plissé de concentration, la lumière jaillissait de sous ses paupières à demi fermées. Zoisite eut un bref instant de crainte quand les racines mordirent sa chair plus profondément que d'habitude, mais agrippa les poignets crispés de Kunzite. Un flux remonta jusqu'à l'entrelacs palpitant qui les séparait à présent, qui bruissa en croissant par lents battements. Des phosphènes dansaient devant les yeux de Zoisite, engourdi, quand Kunzite se détendit, baissant les paupières sur la lueur qui s'évanouissait.

Un léger bruissement continuait à agiter l'entrelacs d'un vert sombre dont les racines semblaient plonger sous leur peau à tous deux, s'étirant comme Kunzite s'écartait légèrement. Zoisite se secoua de sa torpeur, suivit des yeux la main que Kunzite portait avec précautions sur le délicat agencement de fibres veinées de lignes cristallines qui les reliait autant qu'il les séparait. Du bout du doigt, doucement, Kunzite décolla l'extrémité d'une fibre large et fine comme une feuille de palme, engluée de sève d'un bleu-vert translucide. Zoisite tendit fébrilement la tête pour voir la touche de blanc bleuté apparue sous la feuille. Incrédule, il l'effleura délicatement de l'index, soulevant une petite mèche argentée trempée de sève. " Kunzite?..."

Kunzite releva la tête vers lui le temps de le gratifier du sourire le plus tendre qu'il lui ait jamais vu, débordant de satisfaction devant l'émotion de Zoisite. Il continua de décoller l'enveloppe végétale, qui réintégra peu à peu son propre corps, se dégageant également progressivement de la peau de Zoisite. Sous le petit crâne recouvert de courtes mèches argentées, une feuille révéla un minuscule visage qui se plissa au contact de l'air, les yeux clos sur une léthargie dont il n'était pas encore sorti. Kunzite ne semblait pas inquiet du peu de réaction de la petite créature, et Zoisite l'aida en tremblant à dégager les fibres qui recouvraient le corps apparemment si fragile. Kunzite posa la main sur la sienne dans un murmure.

"Pas si vite. Normalement il aurait fallu bien plus de temps avant qu'il puisse subsister seul. Mais je ne pouvais pas le laisser accroché à toi de cette façon. J'espère qu'avec ton pouvoir ajouté au mien cela suffira."

Zoisite acquiesça, soudain inquiet, et son coeur manqua de s'arrêter quand ils arrivèrent aux bras de la créature. La peau s'y teintait de vert à partir des avant-bras, et les mains se terminaient par des pointes effilées de la même couleur que l'enveloppe. Zoisite agrippa la main de Kunzite, craignant un instant que l'être ne soit pas séparé de sa cosse, non viable, mais Kunzite le rassura d'un geste et glissa un doigt sous une main de jade, qui referma sur lui ses griffes végétales.

"Tu ne t'attendais pas à ce qu'il soit humain, n'est-ce pas?"

C'était la millième fois au moins que la question se posait à eux, d'une manière inédite à cet instant, et plus délicate. Zoisite répondit d'un sourire, tellement soulagé de s'être affolé pour rien que les épines flexibles qui tenaient lieu de doigts à la créature entre eux lui semblaient la plus belle chose au monde.

Le petit être remua à cet instant, ouvrit la bouche pour baîller, rejetant la tête en arrière, contre la poitrine de Kunzite. Il ouvrit les yeux et Zoisite rougit de ravissement, le coeur battant plus fort à la vue des prunelles du même émeraude que les siennes, sombres et hypnotiques même dans ce visage de nouveau-né. Kunzite se pencha sur lui pour lui donner un baiser dans un soupir.

"Je suis heureux qu'il te ressemble... Zoisite..."

Eperdu de bonheur et de délicieuse langueur, Zoisite ne réagit pas immédiatement à la sensation de piqûre qui montait de sa poitrine. Arrachant enfin ses lèvres à celles de Kunzite, il rabaissa les yeux vers leur création qui les regardait fixement avec une grimace qui ressemblait à un sourire encore mal imité. Une des petites mains de jade était plaquée sur le torse de Zoisite. Ou plutôt, comme Zoi le comprit immédiatement, les griffes s'enfonçaient sous sa peau délicate. Kunzite le comprit aussi et dégagea délicatement les doigts effilés pour les enrouler autour des siens.

"Il a faim... Par ici, petit..."

Les pointes terminales s'incrustèrent aussitôt dans sa main qui scintilla, et la créature ferma à demi les yeux en absorbant l'énergie que lui communiquait Kunzite.

"Mais je pourrais le faire..."

La voix anxieuse de Zoisite exprimait une certaine jalousie et Kunzite le rassura.

"Bien sûr, mais plus tard. Tu es trop fatigué pour l'instant.

- Pas plus que toi..."

Zoisite devenait boudeur et Kunzite se fit conciliant.

"Zoi-chan... Si j'avais suivi le processus normal tu ne serais même pas en vie. Dès que tu auras repris des forces, on se relaiera, c'est promis."

Le petit être fermement agrippé à sa main, Kunzite continua à le dégager de l'autre. Les membres inférieurs portaient la marque de l'ascendance shinma du petit, comme ses mains, mais Kunzite savait que comme lui, il apprendrait rapidement à changer de forme et pourrait ressembler davantage à celui de ses géniteurs d'origine humaine. Quand le petit lâcha enfin prise, repu, Kunzite le coucha à côté de Zoi qui l'entoura d'un bras possessif, puis entreprit de rétracter ce qu'il restait de l'entrelacs. Il contempla un instant son compagnon absorbé dans l'adoration de la petite créature, il avait à présent deux êtres à chérir. Pourtant un pincement de jalousie lui serrait le coeur.

"Zoi-chan?"

Zoisite releva vers lui des yeux débordants d'amour et de fierté et le ressentiment de Kunzite fondit à la chaleur de son expression.

"Il lui faut un nom."

Zoisite balaya d'une main douce et prudente les mèches argentées du nouveau-né endormi, légèrement ondulées comme les siennes. Il eut un sourire rêveur, tendit son autre main pour la glisser dans la longue chevelure d'azur de Kunzite et saisit le flot d'argent soyeux pour le ramener vers lui avant de suggérer:

"Azurite?"

Kunzite se sentit vaguement honteux de sa jalousie en voyant les doigts fins de Zoisite jouer avec les mèches qui motivaient son choix. Il hocha la tête, incapable de parler. Avec un sourire compréhensif, Zoisite resserra sa prise pour l'attirer vers lui. Kunzite se laissa retomber à son côté, tendant le bras pour inclure Azurite dans son étreinte.

- Fin -


Back to Dark Kingdom Home | Stayka's Dark Kingdom Stories | Other Dark Kingdom Stories


Disclaimer: Sailormoon is the property of Takeuchi Naoko, Kodansha and Toei Animation. All characters, settings etc. are used without permission. This is an amateur fiction, and I definitely won't make any money of it.


This page belongs to Stayka's Dark Kingdom Home at http://www.dark-kingdom.de

© by Hiyami - Email: kats@worldnet.fr


Valid XHTML 1.0! Valid CSS!