La plus belle des déesses

© 2001 by Pandora

This page was last modified: 2001/01/17


Back to Stayka's Saint Seiya Index | FanFics | Site Index


La jeune fille se promenait avec lenteur dans le quartier de la Plaka à Athènes, afin de pouvoir admirer le plus longtemps possible la vue qui s'offrait à ses yeux: celle du Parthenon, lieu vers lequel elle se dirigait en longant les traiteaux plaçés sur le bord de la route et qui rallongait considérablement le chemin pour atteindre les ruines.

Elle n'était de retour à Athènes que depuis trois jours et son retour des Enfers grace à l'aide de Poséidon l'avait littérallement épuisée, mais elle savait que le pire était à venir. C'était d'ailleurs à cause de ces inquiètantes divinités qu'elle avait déçidé de rester dans le Sanctuaire. D'heure en heure, elle sentait que le cosmos de dieux maléfiques se préparait à surgire du fin fond d'un royaume d'obscurité pour tenter de dominer le monde. Mais elle n'avait pas peur d'eux. Elle savait qu'une fois encore, elle se battrait aux côtés de ces fidèles chevaliers et qu'en unissant leurs forces, ils parviendraient à terrasser les nouvelles incarnations du mal.

Alors qu'elle avançait dans les rues qui longaient l'Acropole, elle sentait un étrange sentiment l'envahir. Cette impression, elle ne la vivait que lorsqu'elle venait dans ce pays qui était sien depuis la nuit des temps. Il lui suffisait de fermer les yeux pour revoir des scènes de ces vies anterrieures. Elle savait d'instinct que c'était cette route que la deuxième Athéna avait emprunté pour visiter la ville avant la guerre de Troie. Elle revoyait alors une jeune fille qui lui ressemblait beaucoup, vêtu d'une toge blanche semblable à celle qu'elle portait d'ordinaire parler avec gentillesse aux personnes qui la saluaient avec respect et admiration sur son passage.

Les grecs avaient toujours adorés cette déesse qui avait tant fait pour eux et leur avaient permis de pouvoir poursuivre une vie dans la paix et le bohneur au prix de multiples sacrifices.

Depuis la nuit des temps, elle était la seule déesse à se dresser de cette façon contre les forces du mal qui voulaient dominer et asservir la race humaine.

Et elle savait que dans toutes ces vies passées il en avait été ainsi et qu'il en serait de même dans chacune de ces vies à venir.

Elle ne redoutait pas de se battre pour ceux qu'elle devait défendre, et c'était sans doute l'une des raisons qui avaient poussé son père Zeus à lui confier la garde de la terre, après qu'elle eut elle-même trouver le moyen d'insuffler la vie dans les corps inertes des hommes créés par le Titan Prométhée. Depuis toujours, elle s'était montré digne de la confiance de son père et de la foi que les hommes avaient plaçé en elle.

Elle venait d'arriver au pied de l'Acropole et eut un sourir interieur en ce voyant dans l'obligation de payer un ticket d'entrée pour pénétrer dans ce lieu qui était pourtant sien depuis toujours.

Mais aujourd'hui, elle savait que la réincarnation d'Athéna n'était plus connu que de quelques hommes comme les chevaliers, et cela n'était pas gravre. Elle ne se battait pas pour être reconnu comme la gardienne du monde, elle se battait en sachant que les vies humaines n'avaient pas de prix.

Une petite fille lui sourit en la voyant s'avançer dans sa robe à fleurs aux couleurs pastels, avec ces longs cheveux mauves qui dansaient derrière elle.

Le soleil qui tappait très fort ce jour là rendait à ce lieu toute sa spendeur d'autrefois et lorsqu'elle arriva au pied du premier des trois temple, celui de Poséidon, elle ferma les yeux pour s'isoler du monde un court instant et elle eut alors l'impression que le passé se fondait dans le présent et qu'elle redevenait l'Athéna mythologique, veillant de ses perçants yeux verts sur la cité dont elle était la gardienne.

Les touristes qui passaient tout autour d'elle la regardaient avec étonnement, comme si ils parvenaient à sentir l'aura magnifique qui se dégagait d'elle à cette instant, la faisant redevenir la déesse la plus aimé du Panthéon grec.

Et peut-être qu'inconsciemment les personnes qui la frolaient ou tout simplement qui l'observaient savaient qui elle était...

Elle reprit son assention sur les marches de pierre fraichement rénovés et finit par parvenir devant le lieu pour lequel elle avait fait tout ce déplaçement depuis le Sanctuaire, en avertissant simplement Dohko qu'elle s'absentait pour quelques heures.

Bien sûr, le chevalier de la Balance s'y était opposé car il savait que de nouveaux ennemis risquaient de s'en prendre à elle, mais la jeune déesse faisait confiance à son sixième sens et elle savait que là où elle se rendait, elle ne craindrait jamais rien.

Sur le côté gauche de ce qui était jadis son temple se trouvait un olivier, symbole du cadeau qu'elle avait fait aux athéniens à l'époque de la mythologie, peu avant de faire battir son Sanctuaire non loin de là.

Elle se revoyait alors, plantant l'arbre aujourd'hui mythique, symbole de son attachement aux athéniens, mais aussi à tous les peuples de la terre.

Elle tourna autour de son temple et prit la direction de celui qui était autrefois celui du dieu Hephaistos, celui que des ouvriers avec une grue étaient en train de rénover.

Et elle sourit, alors que des mouettes survolaient ses ruines qui n'avaient plus de toît et dans lesquels on pouvait entendre les voix des ouvriers se mélées aux bruits des blocs de marbre qu'on retaillaient ou encore que l'on soulevaient pour remplacer un bout de pierre manquante.

Le dieu des armes venait parfois travaillé ici, elle le savait et tous ces bruits d'instruments lui rappelait les étonnants et puissants coups de son marteau s'abattant sur des armes qu'il construisait avec passion et patience pour les autres dieux sous les ordres de Zeus.

Et puis, dans ce temple, il n'y avait pas que de simples ouvriers.

Il était là lui aussi, elle le sentait.

Julian Solo se trouvait à l'interieur même du temple, vérifiant que la reconstruction de l'Acropole se faisait dans les meilleures conditions.

Elle savait qu'il était l'un des mécènes qui finançait cette entreprise, et elle-même allait demander à ce que la Fondation verse d'importantes sommes d'argent pour pouvoir faire revivre toutes les splendeurs perdu de ce lieu, dernier héritage d'un cadeau fait autrefois aux hommes pour les dieux.

Elle savait que jamais ils ne tomberaient dans l'oubli, car tout au fond de leur coeur, les hommes se rappeleraient toujours que l'amour existe.


Fin


Disclaimer: Saint Seiya is the property of Kurumada Masami, Shueisha and Toei Animation.


This page belongs to Stayka's Saint Seiya Archive at http://www.saint-seiya.de

© by Pandora (pandora1@voila.fr)