Le combat des dieux

Chapitre 3: Actéon face à Masque de Mort

© 2001 by Pandora

This page was last modified: 2001/07/28


Back to Stayka's Saint Seiya Index | FanFics | Site Index


Tous avaient senti les cosmos de Shura et d'Aioros s'enflammer à leur paroxysme pour venir à bout des terribles Amazones, et chacun pouvait dire qu'ils avaient atteint leur but, puisqu'on ne pouvait plus sentir les énergies de ces dernières.

Mais la victoire n'était pas aussi éclatante que les chevaliers ne l'auraient souhaité, puisqu'ils pouvaient sentir que leurs compagnons d'armes étaient en bien mauvais état et qu'ils ne les rejoindraient sans doute pas avant un bon moment, étant donné qu'ils n'arrivaient sans doute plus à courir.

-J'ai confiance en eux, et je sais qu'ils survivront à leurs blessures, fussent-elles terribles! affirma Aiolia qui savait que son frère n'était pas le genre d'homme à se laisser mourir alors qu'Athéna avait encore besoin de lui pour terrasser des dieux maléfiques.

Shaka hocha la tête pour signifier que cela ne faisait aucun doute.

-Regardez, devant nous! s'écria soudain Aldébaran en pointant son index vers l'immense étendu d'eau qui s'offrait à la vue de chacun.

Ils venaient tous de sortir des bois qu'ils avaient parcourus pendant de longues minutes, faute de téléportation à cause des cosmos des archers divins qui remplissaient la même office que celui d'Athéna dans le Sanctuaire et empêchaient ainsi les éventuels ennemis d'approcher d'un peu trop près.

-Mais ce lac est immense! s'exclama Aphrodite, alors qu'il s'approchait de la rive pour tenter de voir l'autre côté.

Dohko et Mu échangèrent un regard, avant que le vieux maître ne dise:

-Ne perdons pas de temps et traversons le sans plus attendre. Je vois qu'il y a une embarcation là-bas, nous n'avons qu'à l'utiliser. Elle est très grande, et je pense qu'elle à été mise ici pour les Muses et les Amazones.

Milo balaya d'un ample geste du bras les paroles du chevalier de la Balance.

-Allons bon, Dohko, nous n'allons pas perdre du temps à faire de la voile alors que nous pourrions traverser ce lac à la nage en allant deux fois plus vite!

Sur ces paroles, le chevalier du Scorpion descendit des rives pleines de roseaux pour commencer à avancer avec une peine non dissimulé dans les eaux glacées.

Son corps était si lourd depuis qu'il s'était plongé dedans qu'il avait l'impression qu'il allait couler comme une pierre vers le fond.

-Ce n'est pas possible! J'ai l'impression que mon corps est en plomb...

Sa voix montrait combien il avait de la peine à se maintenir à la surface. Il enflamma alors son cosmos pour se libérer de cette impression de peser des tonnes et tenter de rejoindre la rive, mais rien n'y faisait. Plus son cosmos devenait puissant, moins il parvenait à ne pas s'enfoncer.

-Rejoins la rive, Milo! cria Aiolia qui ne pouvait rien faire, étant donner que le rejoindre pour lui prêter main forte n'aurait servi à rien.

Mu, s'approcha à son tour des flots et, se concentrant, intensifia sa puissance pour se servir de son incroyable don de télékinésie et ainsi extirper le chevalier du Scorpion de ce mauvais pas.

En quelques secondes, Milo vola vers le rive, guidé par le chevalier du Bélier.

-Mais que c'est-il passé? interrogea Masque de Mort qui n'y comprenait strictement rien.

Milo se remit sur ces jambes en un bon avant de froncer les sourcils:

-Je n'en sais strictement rien. Mais tout ce que je peux dire, c'est que les eaux de ce lac ne sont pas normal.

Il se tourna vers le chevalier du Bélier pour le remercier.

-Sans toi Mu, j'ai dans l'idée que ma mission s'arrêtait là.

-Je crois que nous avons tout intérêt à prendre le bateau, comme l'avait suggéré le vieux maitre, déclara Aphrodite avec un sourire amusé sur les lèvres en réalisant que le tempérament de feu de Milo lui avait fait défaut à cet instant.

Tous embarquèrent bientôt sur la barque, et le vieux maître en lâcha les voiles.

-C'est sûrement grâce à ce bateau que les Amazones ont pu traverser ce lac sans péril. Mais je me demande quel est le secret de ces eaux, dit Shaka plus pour lui-même que pour ces compagnons, car il semblait pris dans une profonde réflexion sur ce qui venait de se produire. Il ne voyait guère d'explication à ce phénomène, pourtant son sixième sens lui disait une chose: il fallait faire attention.

-Chevaliers, j'ai dans l'idée que quelque chose nous attends ici. Cela me semble un peu trop facile que l'embarcation des Amazones ne soit rester comme cela, visible et à notre entière disposition... Sans doute un ennemi ne nous guette-t-il quelque part...

Camus hocha la tête avec gravité, car les mêmes pensées étaient en train de lui traverser l'esprit au même moment.

Quelques minutes passèrent ainsi dans le calme le plus absolu, et le silence s'était installé entre les guerriers d'Athéna, chacun pensant aux combats à venir et se concentrant au maximum.

Les eaux semblaient limpides et clairs, alors que les rayons du soleil dansaient dessus pour y faire naître des flaques de lumière ravissantes en de multiples endroit.

Mais bientôt, quelque chose vint troubler ce calme olympien. Une toute petite île était apparu sur la droite, et semblait les attiré irrémédiablement vers son rivage.

Le vieux maître, qui s'était mi au commande de l'embarcation avait beau la diriger d'une main de maître, rien n'y faisait et le bateau semblait voué à s'écraser sur le rivage.

-Oh, non! s'exclama Masque de Mort avec irritation et ennui. J'ai dans l'idée que les paroles de Shaka tout à l'heure avaient valeur de prophétie!

Un rire inquiétant s'éleva bientôt dans les airs, prouvant qu'ils n'étaient plus seuls.

Tous échangèrent des regards méfiant mais pas inquiets car ils étaient difficilement impressionnables.

-Allons bon, sur qui allons nous tomber? grogna le chevalier du Cancer qui en avait assez d'être stopper dans sa progression vers le temple des Muses.

Après les Amazones, qui se cache par ici.

-Tu ne devrais pas être si impatient de le découvrir, chevalier d'Athéna! Car le rire que tu viens d'entendre est celui de ton bourreau.

Une voix venait de s'élever dans les airs, et il ne faisait nul doute à cet instant qu'elle provenait de l'île.

Masque de Mort haussa les épaules avec une indifférence feinte pour montrer qu'on l'avait maintes fois menacer de mort et qu'il était pourtant encore bien là.

-Qui es-tu? demanda Camus en se redressant de toute sa taille, alors qu'il tentait d'apercevoir quelqu'un sur la petite parcelle de terre.

Une silhouette s'offrit bientôt à sa vue: celle d'un homme d'à peu près sa taille, avec de long cheveux bruns qui n'était pas sans rappeler ceux du disciple de Dohko. Son visage régulier montrait pourtant des traits durs, car cruels, comme si il en avait voulu à chaque chevalier de se trouver ici. Son armure semblait beaucoup plus lourde que celles des Amazones et se rapprochait assez d'une Gold Cloth, vue l'importante surface de son corps qu'elle protégeait. Sa couleur en était argenté et des motifs assez compliqué en couvrait la surface, lui rendant un aspect assez joli à regarder.

-Je me nomme Actéon! s'écria l'homme avec rage. Et je peux vous dire une chose, c'est que vous allez tous mourir!

Les chevaliers échangèrent un regard entendu.

-Nous ne devons pas perdre trop de temps avec cet homme, s'exclama Aiolia.

-Allez, je vais me faire un plaisir de le combattre, puisqu'il m'a provoqué tout à l'heure, ricana Masque de Mort alors qu'il sautait de l'embarcation en un bon formidable au dessus des flots.

-Mais comment feras-tu pour nous rejoindre? interrogea Milo en criant car déjà le bateau s'éloignait sous l'impulsion du vieux maître qui donnait son maximum pour les faire échapper de l'emprise qu'Actéon tentait d'exercer sur eux.

Masque de Mort eut une moue ennuyé à ces mots, réalisant qu'il se mettait dans une situation plus que difficile, avant de faire signe aux chevaliers de s'éloigner le plus vitre possible.

-Je trouverais bien une solution, inutile de vous faire du soucis pour moi. Allez plutôt au secours d'Athéna sans attendre!

Il se stoppa dans ces paroles, réalisant soudainement que le moment qu'il vivait avait quelque chose d'assez incroyable. Et dire qu'il était l'un des chevaliers qui avait trahi la déesse en faisant le mal alors qu'il savait que Saga n'était qu'un imposteur, et qu'aujourd'hui, il était parvenu à réaliser ces erreurs et qu'il se trouvait là, en plein milieu de nnouveaux combats, prêt à défendre la jeune Saori jusqu'à la mort afin de sauver l'humanité.

Un sourire ironique apparut à la commissure de ces lèvres. Oui, il avait bien changer, et ce n'était pas un mal. Les mois qu'il avait passé en Enfer lui avait permis de réaliser toutes les atrocités qu'il avait commise, et le choix qu'il avait fait de détruire le mur des Lamentations avec ces compagnons prouvaient bien que son repentir était sincère.

-Alors, tu dors, chevalier d'Athéna. C'est toi qui as choisi de me combattre. Enfin, si tu ne t'intéresse même pas au combat qui va se dérouler ici, ma tache n'en sera que plus facile!

Actéon avait crié, non même hurlé ses paroles, pour faire sortir Masque de mort de ces pensées qui le ramenait dans son passé.

-Inutile de hurler après, je ne suis pas sourd! répliqua du tac au tac le chevalier d'or, réalisant pourtant que le moment n'était en effet pas bien choisi pour penser à ce genre de choses, même si ce dire qu'il n'était plus le même et que désormais Athéna avait confiance en lui lui donnait du courage.

-Qui es-tu? interrogea Actéon en toisant des pied à la tête le Gold Saint.

-Je suis, Masque de Mort, chevalier d'or du signe du Cancer, déclara ce dernier en observant avec mépris son opposant.

Si Actéon pensait l'impressionner par une attitude agressive, c'était qu'il ne savait pas à qui il s'adressait.

-Masque de Mort?!...En voila un drôle de nom pour un chevalier d'Athéna! s'étonna le jeune homme aux yeux d'un vert émeraude saisissant de beauté.

Le gardien de la quatrième maison soupira, car ce n'était pas la première fois que quelqu'un s'étonnait de rencontrer un saint avec un nom pareil. enfin, au moins ce surnom avait-il le mérite de faire parler de lui.

-Bon, trêve de bavardage: je dois te tuer au plus vite! En garde!! hurla Actéon avant de se ruer sur le chevalier du Cancer sans crier garde.

Il faisait encore nuit dans la propriété de la famille Kido, que déjà pourtant, Seiya était debout et faisait les quatre cents pas dans l'immense salon où lui et ces frères avaient si souvent parlé avec Saori, alors qu'ils cherchaient à retrouver l'armure d'or du Sagittaire.

Cette période aujourd'hui lui semblait à la fois proche et lointaine, car il s'était produit tant de choses ces derniers mois dans sa vie comme dans celles des autres chevaliers de bronze... Et à présent, il sentait que la nouvelle guerre sainte à laquelle Saori lui avait interdit de participer venait de commencer. Il l'avait immédiatement su en ressentant le cosmos de sa déesse s'enflammer brusquement avant de commencer à s'éteindre progressivement, tout comme cela semblait être le cas pour celui de Poséidon. Il n'avait pas une seule idée de qui pouvait bien être les adversaires auxquels les Gold Saints devaient faire face, mais il savait au moins une chose: il n'allait pas rester là à les laisser risquer leurs vies seuls, et dès que ces frères seraient sur pieds, il partiraient tous ensemble à la rescousse de Saori et de leurs compagnons les chevaliers d'or.

Cependant, il savait que le temps lui était compté... Il s'approcha pour la énième fois de la fenêtre, en soulevant un peu le rideau afin d'apercevoir le parc, éclairé par des lampadaires que la famille Kido avait fait installer autrefois.

Il savait qu'elle serait bientôt là. Il se dirigea vers les imposants escaliers de marbre menant à la sortit de la demeure lorsqu'il rencontra sa soeur Seika, les yeux ensommeillés.

-Seiya, mais que fais-tu encore debout? Il doit être trois heures du matin, pourquoi ne vas-tu pas au lit?

Seiya porta un regard attendrit sur son aînée qui s'était montrée tellement gentille avec lui depuis leurs retrouvailles. Il ne voulait pas lui faire de peine, et c'est pourquoi il ne comptait pas lui faire part de son prochain départ pour la guerre sainte. Il savait qu'il lui aurait fait beaucoup de peine si il lui avait avoué la vérité, et il n'aimait pas la savoir malheureuse.

Il décida donc de lui mentir.

Il vit la jeune fille s'éloignée, confiante, après que son jeune frère lui eut répondu qu'il allait se coucher sans tarder et il sentit son coeur se serrer à l'idée que si il venait à mourir durant les affrontements à venir, il ne pourrait plus jamais la revoir.

Mais il avait connaissance où se situait son devoir, et pour lui, le sort de l'humanité comptait plus que son propre bonheur. Et si il avait accepté de respecter la volonté de Saori jusque là, c'était justement parce que rien ne s'était encore produit au Sanctuaire. Mais maintenant qu'il savait qu'un danger terrible la menaçait, il était près à tout pour lui venir en aide.

Tous deux s'étaient quitté dans d'assez déplorables conditions, il fallait bien le dire, mais il savait parfaitement pourquoi la jeune fille lui avait dit qu'elle n'avait plus besoin de lui. C'était pour le préservé, lui ainsi que ces quatre frères.

Seiya soupira en pensant à ces derniers qui étaient toujours dans le coma, même si leur situation allait en s'améliorant de jour en jour. En attendant une guérison naturelle, l'équipe de chirurgiens qui s'occupaient de leurs cas avaient prédit un temps de cinq à six mois avant de voir- peut-être- une amélioration se faire sentir.

Mais ce lapse de temps était mille fois trop long, surtout en ce moment où il fallait agir le plus vite possible. De seconde en seconde, il semblait que le cosmos de Saori allait en s'affaiblissant, son énergie la quittant avec une rapidité fulgurante. Il leur fallait se rendre au plus vite aux côtés de leurs compagnons chevaliers d'or pour leur prêter main forte.

Mais il y avait un espoir que cela soit possible dans les heures à venir. Seiya se rappelait parfaitement que Saori lui avait dit qu'elle allait écrire à Hilda avant qu'elle ne parte pour le Sanctuaire. Dans sa lettre, le jeune déesse comptait demander à la prêtresse d'Odin de venir au chevet de ces chevaliers de bronze pour les veiller à sa place, car elle n'avait pas le coeur de les laisser totalement isolé et qu'elle savait sans doute que la jeune souveraine du royaume d'Asgard était sans nul doute la femme la mieux placée pour la comprendre dans cet instant où elle se voyait contrainte de s'éloigner de ces protecteurs...

Et il y avait de cela quelques heures seulement, Hilda avait fait envoyer un télégramme à la résidence Kido pour avertir qu'elle allait partir pour le Japon sans tarder et qu'elle serait bientôt aux côtés des frères du chevalier Pégase.

Et c'était bien là sa chance. Seiya se rappelait que Hilda possédait un pouvoir de guérison incomparable et qu'avec ce dernier, elle parviendrait peut-être à remettre sur pied les quatre chevaliers encore dans le coma.

Il venait de pénétrer dans la chambre où tous étaient allongé, reliés à de multiples machines leur permettant de s'accrocher à la vie.

Et c'est alors qu'il posait ces yeux tour à tour sur chacun de ces frères qu'il lui sembla réaliser la raison pour laquelle Saori ne souhaitait pas les voir combattre de nouveau. Leurs visages étaient si fatigués, avec des traits tirés et une peau aussi pale que de la neige, les bandes qui entouraient les multiples partis de leurs corps blessés... tout cela fit qu'il changea brusquement d'avis et préféra s'abstenir de choisir à leur place de revenir à la vie juste pour combattre et de nouveau souffrir mille morts.

Il savait ce qu'il devait faire, et il ne lui fallut que quelques secondes pour griffonner un petit mot à l'intention d'Hilda, afin qu'à son arrivée ici, la jeune fille comprenne où il avait décidé de se rendre.

* * *

Kanon venait tout juste d'arriver sur l'île de Délos, recouvert des Écailles du Général Dragon des Mers qu'il arborait autrefois avec une fierté non-dissimulé mais qu'il lui était aujourd'hui si difficile de porter sans se rappeler de son passé criminel.

Pourtant, il savait qu'il ne devait pas perdre de temps avec ce genre de regrets inutiles en temps de guerre, que le passé était le passé, et qu'on ne pouvait rien faire pour changer cela.

Il s'élança vers l'orée du bois, par là-même route qu'avait emprunté quelques temps plus tôt ces compagnons d'armes qu'il se devait à tout prix de rattraper pour voler au secours d'Athéna. Il passa à côté d'un champs de fleurs dont la terre semblait craquelée et calcinée, sans doute à cause d'un affrontement terrible ayant eu lieu ici. Le jumeau de Saga en conclu donc que les Saints avaient été attaqué dès leur arrivée dans le fief de leurs ennemis. Mais il n'y avait nul trace des combattants, ce qui voulait sans doute dire que l'affrontement s'était poursuivi ailleurs.

Il s'enfonça dans les bois avec rapidité, observant que le soleil avait bien du mal à passer entre les hautes branches des arbres qui s'élevaient au dessus de sa tête. Il ne put s'empêcher de noter que cet endroit ne ressemblait pas au reste de la Grèce à cause de la végétation qui y poussait et qui était pour le moins inhabituelle pour un pays brûlé en quasi- permanence par le soleil. Ce lieu s'approchait d'avantage d'un Eden mythologique, et cela était sans doute du aux cosmos protecteurs des archers divins qui ne voulaient pas voir leur île merveilleuse s'abîmer à cause des montés de chaleur du à l'astre du jour.

Il n'eut pas le temps de poursuivre d'avantage son observation que déjà, il pouvait apercevoir devant lui, à seulement une centaine de mètres, les corps inertes de trois jeunes femmes dont les armures ne se trouvaient plus être que des lambeaux. Ainsi c'étaient elles que les chevaliers avaient du combattre pour l'ouverture des affrontement...

L'ex-Dragon des Mers n'avait aucune idée de qui il pouvait bien s'agir, mais il savait néanmoins une chose: les chevaliers d'Athéna étaient sortis vainqueurs de ce premier duel, et c'était bien là tout ce qui importait!

Il continua sa route à une allure de plus en plus rapide car il devinait bien que les chevaliers devaient se trouver beaucoup plus loin et... soudain, il vit apparaître devant lui les silhouettes de deux de ces amis s'épaulant. Ils marchaient à une vitesse de tortue, sans doute à cause de multiples blessures qui semblaient les couvrir et Kanon ne mit que peu de temps à identifier de qui il s'agissait.

-Shura! Aioros! s'écria-t-il alors qu'il arrivait à leur hauteur.

Les deux garçons le regardèrent avec un étonnement mêlé de joie.

-Te voila enfin, Kanon! s'exclama Aioros, alors qu'un filet de sang coulait le long de ces tempes et qu'une quinte de toux violente l'agitait, sans doute parce qu'il venait de parler.

-Ne t'arrête pas à cause de nous, il n'y a pas de temps à perdre. Vole au secours d'Athéna! cria Shura afin de forcer le second chevalier des Gémeaux à poursuivre sa route, ce qu'il aurait de toute manière sans doute fait sans cette requête du Capricorne.

Kanon les regarda une demie seconde, sachant parfaitement qu'ils allaient rejoindre eux aussi Athéna et qu'ils se présenteraient au combat devant les deux terribles dieux quoi qu'il arrive.

Mais au moment où il allait être hors de porté de voix, le chevalier du Sagittaire lui cria cette mise en garde:

-Dans le lac, il y a ennemi, c'est un terrifiant guerrier d'Artémis, si je me rappelle bien ce que mon dis mes adversaires lors de notre combat. Prends garde car il est- parait-il- redoutable!

Le Dragon des Mers hocha simplement la tête pour montrer qu'il avait parfaitement saisi avant de disparaître à l'horizon.

* * *

Masque de Mort n'arrivait pas à croire de la force dont était capable de faire preuve Actéon. Chacun de ces coups était porté avec une violence décuplé, prouvant là qu'il faisait plus preuve d'envie de vengeance sur quelque chose dont le chevalier du Cancer ne connaissait pas la nature, que d'une envie de le vaincre lui.

Visiblement, c'était le gardien de la quatrième maison qui se trouvait en face de lui, et qui que ce fut d'autre, il aurait payé de la même manière.

Heureusement, Masque de Mort n'était pas un débutant et il se sentait près à tout pour vaincre, c'est pourquoi la lutte au corps à corps était plus que serrée.

-Je t'aurais, maudit! s'écria Actéon alors qu'il accompagnait ces paroles d'un grognement de rage qui tenait plus de l'animal que de l'humain.

-Eh, mais tu es complètement fou! s'exclama le chevalier du Cancer alors qu'il parvenait à propulser en l'air son opposant après l'avoir saisi à la cheville avec une force terrible.

Le Saint d'Athéna était aussi fort qu'Actéon jusqu'à présent, mais il devait bien reconnaître que ni l'un ni l'autre n'avaient encore usé de leurs attaques secrètes...

-Pourquoi es-tu aussi violent? se hasarda à demander le chevalier du Cancer, par curiosité personnelle. Lui même avait toujours eut l'habitude de combattre d'une façon assez barbare- il n'avait qu'à se remémorer son combat avec Shiryu près du gouffre de la mort pour s'en convaincre, et il se demandait à présent qu'elle était la raison qui poussait un guerrier d'Artémis à avoir le même comportement.

-En quoi cela t'intéresse-t-il, chevalier du Cancer? s'exclama Actéon avec mépris envers son opposant, comme si il le prenait de haut, dans une attitude à la fois agressive et dédaigneuse qu'il ne cessait d'adopter depuis le début du combat.

Masque de Mort, qui reprenait son souffle, répondit avec une indifférence feinte:

-Très bien, si tu ne veux pas me raconter ce qui t'a rendu comme cela c'est qu'il ne doit pas y avoir de raison. C'est ton caractère qui te pousses à être agressif et cruel, juste parce que tu es fou...

Les mots que prononcèrent le Gold Saint attirent largement leur but, puisque Actéon, fou de rage, répondit dans un hurlement de fureur, en rejettent une grande mèche de ces cheveux bruns qui lui barrait le front en arrière.

-Fou?! Non je ne suis pas fou! Du moins je ne l'étais pas avant que la déesse Artémis ne fasse de moi son simple serviteur!!

-Tu n'es donc pas ravi d'être ici au service de la déesse pour laquelle tu te bats? demanda avec de plus en plus de curiosité Masque de Mort qui commençait à entrevoir les vraies raisons de cette fureur insatiable qui habitait le jeune homme.

-Si je suis heureux de mon sort?!! C'est une plaisanterie. cela fait des siècles et de siècles que je suis prisonnier de cet endroit maudit dont il n'existe aucun moyen de s'échapper puisque le bateau que tes amis ont emprunté pour traverser le lac ne s'approche jamais de mon île et que l'eau a été maudite pour m'empêcher de sortir de cette prison de solitude dans laquelle la déesse Artémis m'a elle-même emprisonné.

-Mais pourquoi avoir fait cela à l'un de ces guerriers?

Actéon eut un rire sarcastique des plus désagréable qui s'échappa de sa gorge, comme si il s'était d'avantage moqué de lui-même et de ces paroles que de celui qui lui posait toutes ces questions.

-Allons, mais apprends que je n'étais et n'aie jamais été véritablement l'un de ces guerriers. C'est à l'époque de la mythologie que mon destin c'est scellé à jamais. J'étais venu ici, sur l'île de Délos pour chasser, car c'était la ma grande passion et que je recherchais tous les territoires où il était possible d'exercer mon sport préféré. Et quel plus bel endroit que le Domaine de la déesse de la Chasse elle-même pouvait-il exister pour cela?

Seulement, les choses ne se sont pas aussi bien passé que je ne l'aurai espéré, car cette déesse n'a aucune clémence. Alors que je me trouvais sur cette île que j'avais gagné à la nage pour tenter de découvrir encore plus de gibier, je suis tombé nez à nez avec la maîtresse des lieux et avec ces Amazones. Il était absolument interdit de chasser sur ces terres et elle a prit ma présence en sur son territoire comme un sacrilège. C'est pourquoi elle a voulu me tuer sur le champs. Mais l'une des Muses qui par "chance" passait par là à cet instant m'a prit en pitié et à demandé à Artémis de me laisser la vie sauve. En acceptant, la soeur d'Apollon avait une idée de vengeance bien plus cruelle que la mort pour moi: elle m'a juré que si j'arrivais à vaincre toutes les personnes qui tenteraient de passer le lac au court des siècles à venir, elle m'accorderait la vie sauve. Mais les siècles se sont changé en millénaire, et je n'ai jamais vu personne mettre un pied dans cette île reculée. Je suis resté seul pendant un temps que tu n'imaginerais même pas dans tes pires cauchemars. Alors, aujourd'hui sera pour moi la journée de la délivrance, car je vais te massacrer et ensuite, je pourrais enfin reprendre ma liberté!

Masque de Mort était partagé entre le rire et l'incrédulité face à cette histoire des plus navrante. Il n'était pas le genre d'homme à plaindre les autres ou à les prendre en pitié, même si il reconnaissait que la situation dans laquelle on avait condamné à vivre Actéon devait être des plus odieuses... Mais le fait que cet homme croit que la déesse Artémis, qui était capable de faire preuve d'une grande cruauté allait le laisser s'échapper de l'île une fois qu'il l'aurait vaincu, prouvait bien là qu'il avait une grande simplicité de raisonnement, et cela l'amusait autant que cela le navrait.

-Allons, allons Actéon, je ne pensais pas que tu étais un homme aussi stupide: comment peux tu croire qu'Artémis t'a dit la vérité? Elle ne te laissera jamais ressortir, vu la méchanceté dont elle a fait preuve à ton égard. Ce n'est pas aujourd'hui qu'elle va changer pour te faire soudainement plaisir. Tu te bats pour rien, désolé de te l'apprendre!

Le regard d'Actéon changea durant une fraction de seconde, et ces yeux d'un vert limpides courroucés semblèrent montrer tout à coup de l'étonnement, voir de l'inquiétude alors qu'il réalisait que ce que venait de lui dire Masque de Mort n'était peut-être pas faux.

Mais cette brusque impression de doute qui le submergea ne dura à peine qu'un centième de seconde, la colère d'avoir entendu un saint d'Athéna le qualifier de sot prenant immédiatement le pas sur le semblant de raison qu'il lui restait encore et qui aurait pu lui permettre de se rendre compte qu'il combattait dans le mauvais camps.

Masque de Mort haussa les épaules avec fatalisme en voyant qu'Actéon prenait de nouveau une position d'attaque. Après tout, le chevalier du Cancer n'était pas là pour l'aider à se rendre compte de ces erreurs, car il n'était pas ce qu'on aurait pu qualifier de bon samaritain. Il n'avait à vrai dire que faire des sentiments de son opposant qui allait encore tenter de lui ôter la vie, et il savait qu'elle était la chose qui comptait le plu à l'heure actuelle: le vaincre une bonne fois pour toute, afin de permettre à la victoire de se ranger d'avantage encore dans le camps d'Athéna.

-En garde! s'exclama le chevalier d'or d'une voix ironique et sarcastique que chacun au Sanctuaire lui connaissait bien.

-Tu vas périr! Prends ça: Horrible Bite!

Actéon avait placé les paumes de ces mains en avant, pour protéger sur le chevalier du Cancer le maximum d'énergie, afin d'être sur de se débarrasser de lui définitivement en un seul coup.

Des milliers de coups, semblables aux crocs d'un animal enragé vinrent alors déchiqueter le corps de Masque de Mort, faisant de lui un simple jouet entre les mains de son odieux adversaire.

L'attaque de ce dernier était bien digne de celle d'un gold Saint et le chevalier d'Athéna ne pouvait que l'admettre, alors qu'il tombait face contre terre, presque inconscient et que son sang semblait s'échapper par tout son corps. La douleur qui le traversait à cet instant était terrifiante et il avait l'impression qu'il ne pourrait jamais se relever sur ces jambes suite à un tel choc.

-Alors, tu réalises maintenant que tous ces siècles ne sont pas passé pour rien finalement pour moi, car j'ai eu le temps de m'entraîner chaque jour dans mon immense solitude. Et toutes ces milliers d'heures passé dans un unique but: devenir le plus puissant guerrier de l'univers on finalement porté leurs fruits, comme tu pourras le constater. Chaque jour où je constatais que j'étais plus puissant que le précèdent m'apportais finalement une certaine joie puisqu'il me permettait de me rapprocher de mon but: m'évader d'ici en terrassant les adversaires qui auraient un jour le malheur de passer par là!!Ah!Ah!Ah!

Actéon voulut piétiner le corps presque inerte de son opposant, mais Masque de Mort, qui agissait autrefois de la même sorte lors de ces combats connaissait parfaitement la technique et roula sur le côté avec une vitesse dont il ne se serait plus cru capable.

Le combat allait sans doute reprendre d'ici quelques instants.

Kanon venait juste d'arriver devant l'immense lac que les chevaliers avaient traverser il y avait de cela peu de temps, et il avait rapidement compris qu'il ne lui serait pas aisé d'en faire la traverser à son tour. A peine avait-il poser un pied dans l'eau que son corps avait faillit être aspiré vers les profondeurs sans qu'il sache pourquoi. Mais une chose était sure pour lui: il allait devoir trouver un autre moyen que la nage pour parvenir à franchir cet obstacle qui semblait pourtant infranchissable sans le bateau.

Mais comment faire aussi? Il n'en avait pas la moindre idée et scrutait en vain la surface plate de l'eau que pas un souffle d'air ne venait rider à cet instant.

Il ferma à demi les yeux, comme un chat observant sa proie. Il était venu jusque là et ne pouvais pas être inutile à Athéna alors qu'il se trouvais sur le lieu même des affrontements, tout ça parce qu'il était confronté à un problème géographique.

Soudain, un éclair de génie comme il en avait si souvent lui traversa l'esprit, et il sut qu'il lui restait peut-être une chance. Il n'était pas sur que cela fonctionnerait, mais bon il devait tenter sa chance. Il savait que les cosmos d'Apollon et d'Artémis étaient présents partout sur l'île et empêchait la téléportation d'opérer, mais lui, il avait une attaque redoutable que rien n'empêchait d'agir...

Il allait mettre son plan à exécution lorsqu'il réalisa soudain, que le cosmos de l'un de ces compagnons d'arme- sans doute celui de Masque de Mort si il ne se trompait pas- était sur le point de disparaître, car il devait sans doute mener un affrontement très délicat sur une petite île qu'il ne pouvait pas voir depuis le rivage.

Kanon se décida alors à prendre la direction de cette île inconnue où l'un de ces amis risquait de mourir. Et il savait qu'il n'avait pas le droit à l'erreur, autant pour sa vie que pour celle du chevalier du Cancer que pour celles des millions d'êtres humains qui avaient besoin de ces victoires à venir.

-Golden Triangle! s'écria-t-il alors que son cosmos doré l'entourait, et s'intensifiait comme jamais. Bientôt il disparut, victime volontaire de sa propre attaque.

* * *

Masque de Mort se tenait debout sur ces jambes tant bien que mal, et ce n'était que l'idée qu'on aurait pu le piétiner qui lui avait fait trouver la force de se relever pour reprendre le combat.

Actéon semblait extrêmement surpris de le voir tenir encore debout alors qu'il pensait qu'il aurait du mourir suite au coup redoutable qu'il lui avait porté.

-Allons Actéon, la partie est loin d'être terminé! Prépare toi!

Actéon éclata de rire alors que Masque de Mort avait bien du mal à garder son équilibre.

Il commença à lui administrer une série de coups de poing dans l'abdomen et le chevalier d'or poussa un grognement rauque de douleur alors qu'il crachait du sang à n'en plus pouvoir. Il parvint cependant à se saisir du bras d'Actéon et à le repousser au loin, faisant preuve d'une force inouïe en dépit de sa souffrance.

Il n'était pas encore né celui qui lui ferait mordre la poussière.

Le chevalier du Cancer concentrait toute ces forces en lui, prêt à tout pour se venger de la rafale de coups qu'il venait de subir. Il avait toujours été un homme fier et plein d'orgueil et ce n'était pas aujourd'hui qu'il allait commencé à se laisser marcher sur les pieds de cette façon.

En le frappant ainsi, le guerrier d'Artémis n'avait fait que réveiller cette colère bouillonnante qui n'avait jamais cessé de l'habiter depuis toujours et qui faisait de lui un combattant si redouté depuis qu'il avait reçu son armure d'or.

Masque de mort plaqua son adversaire au sol, profitant de l'effet de surprise, lui administra une série de coups qui firent craquer tous les os de son opposant.

Ce dernier, choqué et déboussolé de s'être ainsi fait malmené par un homme qu'il croyait aux portes de la mort quelques secondes plus tôt, voyait du sang coulé le long de ces tempes, alors qu'il ne réalisait toujours pas ce qui s'était produit.

Masque de mort eut un petit rire moqueur à l'égard d'Actéon. Puisque cet ennemi rêvait de se sortir de sa prison, et bien il allait l'y aider.

En lui offrant un aller simple pour l'enfer comme lui seul savait en distribuer.

Il leva son bras au dessus de sa tête, en cette pose qu'aurait pu reconnaitre Shiryu et intensifia son cosmos à son paroxysme, alors que soudainement, il sentait de nouveau ces jambes prêtes à le lâcher suite aux terribles coups qu'il avait lui-même reçu avant de rendre la pareil à cet homme qui allait bientôt mourir.

Il devait faire vite si il ne voulait pas s'effondrer devant son opposant avant même d'avoir porter son coup.

-Par les Vagues d'Hadès! s'écria -t-il alors que les portes menant tout droit à l'autre monde s'ouvraient béantes pour emporter Actéon sans que celui-ci n'est le temps de comprendre ce qui lui arrivait.

Bientôt, le silence retomba sur le champs de bataille et Masque de Mort eut la satisfaction de voir que le guerrier d'Artémis était bel et bien mort, son visage à la peau blanche reposant face contre terre, les yeux encore ouverts mais sans plus aucune expression. Sans doute n'avait-il même pas eut le temps de réaliser ce qui s'était produit.

Enfin, ainsi il n'était plus prisonnier de cette île maudite mais plutôt des Enfers. Et c'était- d'après Masque de Mort- au moins aussi terrible à supporter.

Le chevalier d'or eut un sourire ironique alors qu'il regardait avec difficulté les eaux l'entourant et l'empêchant de rejoindre ces compagnons.

Il leur avait bien dit qu'il gagnerait, mais maintenant, il n'avait plus aucun moyen de leur venir en aide, et c'était désormais lui qui était condamner à vivre seul dans la prison qui avait retint tant de siècles Actéon.

Il tomba sur ces genoux d'épuisement car il sentait ses forces le quitter petit à petit et il aurait sans doute sombré dans le sommeil, pour ne pas dire la mort, si il n'avait entendu un bruit étrange s'élever au dessus de lui.

Comme si quelqu'un allait tombé du ciel...

Un rayonnement que seul le cosmos d'un autre chevalier d'or pouvait produire irradia bientôt les flots alentours et dans un éclat de lumière sans égal, Kanon apparut à quelques pas de Masque de Mort.

Le second chevalier des Gémeaux avait le front couvert de sueur, tant l'effort qu'il venait d'accomplir en se servant de son Triangle d'Or pour s'orienter et traverser les flots jusqu'à cette île l'avait épuisé. Il avait du se jouer des cosmos d'Apollon et d'Artémis pour créer une brèche et cette opération était terriblement dure à accomplir, encore plus qu'il n'aurait pu se l'imaginer.

Il ne lui fallut que peu de temps pour reprendre totalement ces esprits et repérer des yeux celui pour qui il avait pris le risque de venir jusqu'ici plutôt que de se rendre immédiatement sur l'autre rive.

-Masque de Mort, je vois que toi aussi tu as battu ton adversaire! s'exclama-t-il alors qu'il posait son regard sur le corps inerte et couvert de blessures d'Actéon.

Le chevalier du Cancer hocha la tête et tous les os de son crâne craquèrent en même temps alors qu'il exécutait se geste pourtant si simple en temps ordinaire.

-Que fais-tu là Kanon? interrogea Masque de Mort avec une voix un brin excéder car il ne supportait pas que quelqu'un, qui plus est un autre chevalier d'or, puisse le voir dans une telle position de faiblesse.

Kanon le nota à son intonation de voix et se reconnu un peu en son compagnon. Lui aussi il n'aimait pas qu'on le voir blesser et il se rappelait comme il avait trouvé désagréable d'avoir reçu l'aide du chevalier Phoenix dans l'Hadès. Enfin, peut-être étaient-ils tous deux un peu trop fiers...

Il empoigna son compagnon, l'aidant à se tenir debout et lui expliqua la situation et ce qu'il comptait faire pour les sortir de l'île le plus rapidement possible, car il ne voulait pas trop s'attarder là, alors qu'il sentait bien que les cosmos d'Athéna et de Poséidon allaient en s'affaiblissant de seconde en seconde.

Il concentra de nouveau son énergie afin de rouvrir le Triangle d'Or et tenter une nouvelle fois d'accomplir le même prodige que la première fois, avec en plus cette fois-ci quelqu'un à sa charge.

Une fraction de seconde plus tard, les deux hommes avaient disparu de l'île, ne laissant sur place que le corps d'Actéon...

* * *

-Non! Ce n'est pas vrai! Dites moi que je rêve!

La voix qui s'était élevée dans l'immense salle de marbre se répandait en mille échos de fureur et ne pouvait qu'appartenir à la redoutable Artémis.

Cette dernière venait de se redresser du siège en or sur lequel elle se trouvait depuis déjà un moment à écouter les sérénades que son frère jouait sur sa lyre avec son habituelle virtuosité, et ses yeux bleu- gris lançaient des éclairs de colère, alors qu'elle cherchait du regard Apollon qui se trouvait un peu en recule, au côté de Calliope.

Leurs yeux se croisèrent, et le dieu des Arts ne put lire que de la rage dans ceux de sa jumelle, qui se trouvait visiblement sous le choc des défaites successives de ces Amazones, auxquelles elle tenait particulièrement, ainsi que celle d'Actéon qui venait juste d'avoir lieu.

Pour sa part, le jeune homme ne portait guère d'importance à tout cela, et bien qu'il est senti la disparition d'une partie de ces troupes, il n'y voyait nullement là une raison suffisante pour s'alarmer.

Sans doute son naturel beaucoup plus calme que celui de sa soeur le poussait vers un raisonnement plus sage, du moins c'était là ce qu'il pensait alors qu'il s'approchait de sa jumelle après avoir poser son instrument de musique à côté de la chef des Muses qui écoutait avec attention ce qui allait ce dire.

-Je n'arrive pas à y croire! commença la jeune déesse avec un air qui ne reflétait plus la colère, mais aussi de la déception à présent. Ils ont tous perdu! Mes guerrières que j'affectionnais pourtant depuis toujours! Et cet imbécile d'Actéon à la force pourtant incomparable! Ce n'est pas vrai...

Elle accompagna ces mots par un geste de lassitude.

-Allons ma soeur, ne porte pas tant d'importance à ces défaites. Pense plutôt que désormais, nous avons une véritable idée de la valeur des chevaliers d'Athéna.

-En effet, ils sont plus forts que nous ne nous l'étions imaginé!

-Oui, mais ce n'est pas grave! Regarde plutôt le bon côté des choses: même si tes Amazones n'ont pu remporter la victoire comme nous le pensions, elles sont quand même parvenues à mettre quasiment hors d'état de nuire deux chevaliers d'or! Quand à Actéon, il a littéralement épuisé ce chevalier du Cancer! Donc tu vois, ils n'ont peut-être pas gagner mais ils ont un peu déblayer le terrain!

Artémis fronça les sourcils à cette remarque. Elle devait reconnaître que son frère n'avait pas tout à fait tord lorsqu'il parlait ainsi.

Ces troupes avaient bien oeuvré, malgré leur défaite, à en juger par l'état dans lequel toutes avait laissé les chevaliers d'or, cependant... Elle n'avait pas la mémoire aussi courte que le dieu des Arts. Elle se rappelait parfaitement des discours d'Hypnos et Thanatos alors qu'ils les avaient sorti de leur sommeil éternel il y avait de cela seulement quelques heures. Ils leur avaient nettement expliqué qu'il ne fallait jamais sous-estimer les troupes d'Athéna, car ces chevaliers faisaient toujours preuve d'un courage sans demi-mesure.

-Prenons garde mon frère.

-Et à quoi Artémis? demanda le jeune homme qui pouvait voir la mine inquiéte de sa soeur.

-A ces chevaliers. Ils sont plus puissants que nous ne le pensions et cela me fait penser au conversations que nous avons eu avec le dieu du Sommeil et son frère.

Apollon porta une main à son front, comme pour s'aider à réfléchir à la situation.

Ce que sa soeur venait de lui dire avait du vrai, et il se rendait bien compte qu'il ne fallait pas prendre ces hommes pour moins qu'ils n'étaient vraiment. Cependant, il savait qu'il avait dans sa main un joker dont les troupes de la déesse de la Guerre ne soupçonnait même pas la puissance tant elle rendait celles des Amazones et d'Actéon risibles.

Ces Muses étaient invincibles.

-Calliope, dis à tes soeurs de regagner leurs temples et de se préparer à combattre. Tu dois vaincre à n'importe quel prix ma chérie!

Le dieu des Art eu un mouvement impétueux alors qu'il ouvrait les imposantes portes à double battants devant la jeune femme aux immenses cheveux blonds qui s'apprêtait à rejoindre son temple suite à cet ordre.

Elle savait qu'Apollon et sa soeur comptait sur elle pour commander aux Muses et que maintenant, la guerre allait vraiment commencé.

-Tu peux compter sur moi Phoebus, aucun d'eux ne passera ne serait-ce que le premier temple, je t'en fait la promesse!

Apollon sourit à la jeune Muse qui s'éloignait déjà, prête à revêtir son armure pour livrer bataille pour leur cause.

Une fois qu'elle eut quitté les lieux, le frère et la soeur échangèrent un regard complice.

Sur ce point là au moins ils tombaient d'accord: les Muses étaient des déesses à la force incommensurables et jamais aucun mortel ne pourrait en venir à bout.

-Cette fois-ci, leur course va s'arrêter! déclara avec assurance Apollon.

Artémis sourit à ces mots. Elle sentait elle aussi que la situation allait tourné dans leur avantage d'ici peu et cela lui redonnait sa bonne humeur, même si elle éprouvait encore de la tristesse suite à la perte de ces Amazones qu'elle affectionnait tant. Elle aurait aimé les savoir à ces côtés au moment où la terre serait redevenu un paradis, mais de toute évidence, elle devrait sans passé étant donné que les trois jeunes guerrières avaient tôt fait de rejoindre le royaume d'Hadès.

* * *

-Regardez, je sens que nous y sommes presque! s'écria Aiolia en montrant du doigt la lumière qui jaillissait de la nouvelle forêt qu'ils avaient du traverser après être sorti des eaux du lac.

Avant de partir à la rencontre du premier temple des Muses, Dohko avait eu la bonne idée de ne pas rattacher le bateau, afin que celui-ci ne se laisse guider par le courrant et permette aux chevaliers d'or qui n'avaient pas pu les suivre, comme Shura et Aioros, de les rejoindre sans danger le moment venu. Avec un peu de chance, ils s'arrêteraient sur l'île pour prendre Masque de Mort avec eux.

Le nouveau grand Pope avait un énorme doute à ce sujet, car le cosmos du chevalier du Cancer avait totalement disparu depuis quelques minutes maintenant et le vieux maître ne pouvait s'empêcher de craindre que le chevalier du Cancer n'est péri.

A moins que le cosmos de Kanon qu'il avait aussi senti disparaître en même temps n'y sois pour quelque chose.


Fin de la Chapitre 3

Chapitre 4


Disclaimer: Saint Seiya is the property of Kurumada Masami, Shueisha and Toei Animation.


This page belongs to Stayka's Saint Seiya Archive at http://www.saint-seiya.de

© by Pandora (pandora1@voila.fr)